top of page
  • Anne MARTEL

Soulager le syndrome prémenstruel au naturel

Chaque mois, de nombreuses femmes souffrent de troubles prémenstruels physiques et/ ou psychiques accompagnés de règles douloureuses, qui peuvent être aussi très abondantes.


Ces dysfonctionnements peuvent disparaitre, en travaillant sur la cause.


Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?

Soulager le syndrome prémentruel au naturel

Le syndrome prémenstruel ou SPM regroupe un ensemble de symptômes qui peuvent débuter jusqu’à 10 jours avant la période menstruelle et finissent après le premier jour des règles.


Les symptômes possibles, dans le désordre et sans préférence : irritabilité, difficultés de concentration, troubles de la mémoire, dépression, fatigue sévère, troubles digestifs, ballonnements, constipation, diarrhées, prise de poids, bouffées de chaleur, tensions et douleurs intenses dans les seins et le bas ventre, acné …



Une femme peut souffrir d’un ou plusieurs de ces symptômes, qui recommencent avant chaque cycle et dont l’intensité peut aller de désagréable à handicapante.

Ce syndrome prémenstruel est très souvent suivi de règles douloureuses et abondantes voire très abondantes, entrainant souvent une anémie ferriprive.


Tous ces troubles ont un point commun : ils indiquent un déséquilibre entre la progestérone et les œstrogènes (deux familles d’hormones féminines), toujours en faveur des œstrogènes (hyperœstrogénie relative) -

Les solutions préconisées par la médecine conventionnelle en première intention (antalgiques, anti inflammatoires…) peuvent entrainer des effets secondaires et ne traitent pas le problème à son origine, dès l’arrêt de ces médicaments les symptômes qui auraient été améliorés reviennent sans tarder.

Quant à la prise régulière d’hormones contraceptives (pilule, stérilet hormonal), elle se limite à faire taire le symptôme et perturbe profondément le délicat équilibre hormonal féminin.


La naturopathie, quant à elle envisage le retour à la santé par une approche holistique qui agit non pas sur le traitement des symptômes, mais sur l’origine des maux.



Hyperoestrogénie relative ?


Si vous souffrez d’un ou plusieurs symptômes prémenstruels, vous avez trop d’œstrogènes par rapport à

la progestérone,

Soulager le syndrome prémentruel au naturel

soit parce que vous détoxifiez mal les œstrogènes en excès, soit que vous n’avez pas assez de progestérone, soit que vous assez de progestérone et trop d’œstrogènes, ou plusieurs de ces facteurs.




Quels sont les facteurs qui favorisent cette hyperœstrogénie ?


- Les perturbateurs endocriniens :


Soulager le syndrome prémentruel au naturel

La vie moderne est déjà un facteur de risque en soi !

En effet, les perturbateurs endocriniens, présents partout dans notre environnement sont presque toujours des xenoestrogènes : ils stimulent ses récepteurs oestrogéniques, créant donc un effet similaire à un excès d’œstrogènes.

Nous sommes entourés par ces substances chimiques « œstrogènes like » : pesticides, les herbicides, les engrais, les dioxines (présents dans l'eau de javel => tampons, serviettes hygiéniques, produits d'hygiène féminine, les serviettes en papier, les mouchoirs, les tampons de démaquillage, le papier hygiénique, les couches,) et les plastiques, qui perturbent le fonctionnement du système endocrinien.



- Une alimentation inflammatoire :

Certains aliments vont favoriser l’inflammation s’ils sont consommés de façon régulière.


Alimentation à IG élevé

C’est le cas notamment des aliments à index glycémique élevé. Un aliment à IG élevé est un aliment dont les sucres se décomposent rapidement lors de la digestion pour pénétrer rapidement dans le sang et faire monter la glycémie (pain blanc, pâtes, riz blanc, viennoiseries, produits industriels trop sucrés...). Les sucres à IG élevés vont provoquer une sécrétion brutale d’insuline qui va faire pénétrer ce carburant dans les cellules. L’insuline sera alors trop souvent produite, favorisant les œstrogènes et l’inflammation. La viande rouge, les charcuteries, l’alcool, le café en excès et les produits industriels ultra transformés contribuent aussi à augmenter l’inflammation.


- La présence de levures dans l’intestin


Les levures et parasitoses vont elles aussi pouvoir perturber le fragile équilibre hormonal et augmenter les oestrogènes.



Les solutions au naturel :

Alimentation IG Bas

Pour limiter votre taux d’œstrogènes, la première des choses est de veiller à avoir une alimentation à IG bas ou modéré, équilibrée en acides gras (plus d’omégas 3 que d’omégas 6),


Ajoutez à votre alimentation des crucifères (brocoli, choux de Bruxelles, chou-fleur et le chou.), la roquette, le navet, les radis noirs et rouges, les artichauts, la betterave crue qui vont favoriser la détoxication des œstrogènes, par le foie et abaisser le climat oestrogénique.


Pratiquez une activité physique régulière, au moins 2 fois/ semaine.


Limitez l’exposition aux perturbateurs endocriniens, en veillant à :

- La qualité des fruits, légumes, céréales et légumineuses consommés (agriculture bio à favoriser) - La qualité des ustensiles de cuisine : préférer le bois et l’inox et les bocaux en verre aux films alimentaires et boites en plastique,

- Préférer les cosmétiques non transformés ou des marques « safe » aux cosmétiques, même bio, pareil pour les produits de toilette et de soin. - Préférer les protections bio, idéalement lavables en machine et/ou ou la coupelle menstruelle

Veillez aussi à la qualité de votre microbiote intestinal, pièce maitresse dans le processus de détoxification des œstrogènes. En effet les perturbations digestives peuvent participer à augmenter les œstrogènes et certains microbes spécifiques jouent un rôle central dans leur régulation.


Pour soulager votre syndrome prémenstruel au naturel, Il sera surement nécessaire d’augmenter votre progestérone, pour rééquilibrer les effets des œstrogènes et neutraliser un peu des effets pervers, en privilégiant certains compléments et plantes phytoprogestatives (qui peuvent calmer l’hyperœstrogénie pathologique).

Comme nous sommes toutes différentes, certaines plantes à certains moments du cycle conviennent à certaines femmes, mais pas à d'autres...


N’oubliez pas que consulter un naturopathe c’est bénéficier de conseils personnalisés et détaillés, adaptés à vos besoins et à votre mode de vie. Ces conseils ne se substituent en aucun cas à une consultation médicale.


bottom of page